Chances de réussite avec une insémination

Les indications pour lesquelles votre médecin du CRG va opter pour une insémination intra-utérine (IIU) plutôt que pour une FIV ou une FIV-ICSI ont déjà été abordées au chapitre insémination artificielle (IA).
L’IA peut se pratiquer avec le sperme du candidat parent masculin, mais aussi avec du sperme de donneur. Cette seconde option s’appelle l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD). Il s’agit d’un traitement de PMA auquel recourent notamment les femmes seules et les couples lesbiens.

Les grands principes de l’insémination artificielle sont:

  • que seuls les spermatozoïdes les plus appropriés sont utilisés, et 
  • que les spermatozoïdes sont directement injectés au-delà du col de l’utérus, lequel retient sinon une grande partie de ceux-ci. 
Ceci augmente considérablement les chances de fécondation.

Par ailleurs, les chances de fécondation dépendent en partie du problème d’infécondité auquel vous êtes confronté.
  • S’il est question d’infranchissabilité du col de l’utérus ou d’infécondité inexpliquée, les chances de réussite sont en moyenne de 10 à 11% par cycle.
  • Si le problème réside au niveau de la qualité du sperme, le pourcentage de réussite diminue à 7 à 10% par cycle.

Ce dernier point explique de suite pourquoi les chances de réussite moyenne avec une IAD sont supérieures à celles de l’IA avec le sperme du patient : le sperme du donneur est préalablement soumis à une sélection rigoureuse. C’est pourquoi il est toujours de bonne qualité.
Les chances de réussite avec du sperme de donneur s’élèvent à 11% par cycle menstruel.

Statistiques

De manière générale, on peut dire que les chances d’accoucher (donc pas d’être enceinte, mais bien d’avoir un bébé)
  • Pour les femmes de moins de 37 ans 
    • sont de 50% au terme des six cycles en cas d’IA,
    • sont de 61% au terme des six cycles en cas d’IAD.
  • Pour les femmes de plus de 37 ans, les pourcentages sont sensiblement inférieurs tant pour l’IA que pour l’IAD.

Si après six cycles d’IIU, vous n’êtes pas encore enceinte, nous réévaluerons votre problème de fécondation. Parfois, la FIV ou la FIV/ICSI peut encore offrir une solution – éventuellement après avoir réalisé des examens complémentaires.