Don de sperme, d’ovocytes et d’embryons

Le don peut littéralement être une question de ‘donner et prendre’.

  • parfois, il arrive que vous ne puissiez réaliser votre rêve d’avoir un enfant que si vous pouvez disposer des spermatozoïdes, des ovocytes ou des embryons d’autrui.
  • A l’inverse, dans le décours de votre traitement de PMA, vous êtes peut-être disposé(e) à céder (une partie de) vos ovocytes, spermatozoïdes ou embryons afin d’aider d’autres candidats parents.
Si vous vous reconnaissez dans un de ces deux cas de figure, n’attendez plus: lisez ces pages !

Don d’embryons

Destiner vos embryons surnuméraires au don?

Dans le cadre de votre traitement de FIV, Il vous est possible de réserver vos embryons surnuméraires (congelés) dont vous n’avez plus besoin en vue de les donner à d’autres candidats parents. Si vous décidez par la suite de devenir donneuse d’embryons, il est encore temps! Faites-le nous savoir via notre Centre de contact.

Le problème d'infécondité d'un couple peut résulter d'une convergence de troubles physiologiques des deux partenaires.
Si le traitement classique de FIV - même avec ICSI - ne se révèle d'aucun secours ou s'il offre trop peu de chances de réussite, on peut envisager le transfert d'un embryon 'tiers' dans votre utérus.

Les embryons de donneurs sont issus de couples qui suivent eux-mêmes un traitement de FIV et qui ont eu des embryons surnuméraires au cours de celui-ci. En d’autres termes, il y avait plus d’embryons à disposition que le nombre qui a pu être transféré et que ce dont ils ont eu besoin.
Via le contrat que signent tous les patients qui se soumettent à un traitement de FIV par rapport à la destination des embryons surnuméraires, le couple donneur a décidé que leurs embryons surnuméraires:
  • pouvaient être congelés et conservés (pour un prochain traitement éventuel), et
  • qu’ils seraient finalement donnés.

Dans cette forme de don, aucun matériel reproductif (ni ovocytes ni spermatozoïdes) vous appartenant comme couple receveur n’est utilisé.
Comme déjà dit, l’embryon émane d’un couple qui a suivi lui-même un traitement de FIV et qui a décidé de faire don de ses embryons surnuméraires.
C’est pour cette raison que certains comparent parfois cette situation à une adoption et que l’on parle d’ ‘adoption prénatale’.
Cela dit, la différence entre adoption et don d’embryon est fondamentale !
  • Les donneurs ne se séparent pas d’un enfant né à terme, mais bien d’un embryon. 
  • Contrairement à une adoption, vous vivez, en tant que couple receveur, toute la grossesse. C’est vous (la femme) qui portez l’embryon et le conduisez vous-même à son développement final. Si tout se déroule bien, l'enfant naît au bout de neuf mois, période durant laquelle l'embryon 'adopté' est progressivement devenu votre propre enfant. 
  • Aux yeux de l’enfant lui-même, l’évolution est ressentie de la même manière : dès le début, son histoire de vie se confond avec celle de ses parents. Il ne saurait donc être question d’un placement après la naissance dans un autre milieu social, géographique ou racial.
  • Au niveau juridique, cette différence existe aussi : contrairement à une adoption, vous n’avez pas de procédure à suivre avant de pouvoir considérer l’enfant comme le vôtre.


Votre traitement en tant que receveuse se déroule de la même façon que dans un traitement de FIV avec transfert d’un embryon congelé .
En résumé:
  • Vous êtes physiquement préparée au transfert d’embryon
    • Soit en encadrant médicalement et en suivant votre cycle naturel, 
    • Soit en le substituant par un cycle artificiel.
  • Juste avant le transfert, les embryons décongelés sont contrôlés ; seuls ceux qui ont bien supporté la décongélation – dont les cellules n’ont pas été endommagées en trop grand nombre – peuvent être implantés avec une chance raisonnable de nidation fructueuse. C’est pourquoi les chances de réussite d’un don d’embryon augmentent avec le nombre d’embryons congelés à disposition.
  • Après le transfert d’embryon(s), vous êtes suivie de la même façon sur le plan médical et pharmacologique que lors d’un traitement de FIV ordinaire.
    Les chances de nidation de l’embryon et de grossesse menant à la naissance d’un enfant sont presque aussi élevées.