Trajet de soins pour les candidats parents atteints d’une infection virale

Le CRG de l’UZ Brussel est réputé dans le monde entier pour son expérience en procréation médicalement assistée (PMA) et ses traitements associés.
Le patient est toujours au centre de nos préoccupations. Au fil des années, nous n’avons cessé de chercher à améliorer nos traitements en termes de confort et d’efficacité.

Sur la base de cette philosophie, nous avons mis au point un trajet thérapeutique (ou trajet de soins) adapté aux candidats parents atteints d’une maladie infectieuse.
Que vous soyez un homme atteint d’une infection virale ou une femme ou un couple, il est maintenant possible, grâce à ce trajet de soins, pour de nombreux candidats parents atteints d’une maladie infectieuse de mettre un enfant sain au monde.

Trajet de soins pour l’hépatite B

Mesure préventive

Si l’un des deux partenaires est infecté par l’hépatite B, nous conseillons toujours que l’autre partenaire se fasse vacciner. Un vaccin contre l’hépatite B est disponible et il est efficace.

L’hépatite B est une affection virale qui touche le foie.
L’infection se transmet essentiellement par contact avec du sang contaminé et des sécrétions corporelles contaminées. Les principales sources de contamination sont:
  • les sécrétions corporelles échangées lors de rapports sexuels; et
  • du matériel contaminé (aiguilles) en cas de consommation de drogues par voie intraveineuse, de tatouages ou piercings et d’acupuncture.
L’hépatite B ne se transmet pas par l’alimentation ou l’eau, et encore moins par un contact fortuit tel que des câlins, des baisers ou le partage de nourriture ou de boisson avec une personne infectée.

L’hépatite B passe souvent inaperçue. Certaines personnes infectées restent porteuses du virus après l’infection. Nous les appelons des porteurs sains: elles ne sont pas malades, mais sont potentiellement contagieuses pour les autres.
Chez d’autres patients, l’infection reste toutefois active, ce qui les rend plus contagieux. Ils courent également un risque accru d’atteintes hépatiques (comme la cirrhose).

Outre par les modes de transmission cités (échange de sécrétions corporelles contaminées et sang contaminé), l’hépatite B se transmet aussi via des ovocytes, du sperme et des embryons contaminés.
D’où l’obligation légale pour les centres de fertilité de réaliser un examen sanguin infectieux tous les trois mois dans le cours d’un traitement de PMA.

Pour un bébé, le risque de contamination durant la naissance existe par le contact avec le sang ou d’autres sécrétions corporelles de la mère. Le risque de transmission via le placenta pendant la grossesse est très faible, mais pas impossible.

Avant la grossesse

Lors des examens préliminaires, nous vérifions si vous êtes porteuse du virus, ou si vous souffrez d’une hépatite chronique active, et s’il est déjà éventuellement question d’atteintes hépatiques.
Si vous souffrez d’une hépatite active, il est possible que son traitement s’impose en priorité.
Si nous constations une atteinte hépatique grave (cirrhose), il s’agit généralement d’une contre-indication à une grossesse.

Pendant la grossesse

Dans la plupart des cas, l’infection par l’hépatite B n’a pas d’incidence sur le déroulement d’une grossesse:
  • si vous êtes une porteuse saine, vous courez peu de risque pendant la grossesse d’affecter ou de contaminer le fœtus;
  • si vous souffrez d’une hépatite B chronique à forte charge virale, nous vous recommandons un traitement afin de réduire le risque d’infection du bébé.

L’accouchement

La présence d’une infection par l’hépatite B n’a pas d’incidence sur la manière d’accoucher. Il est possible d’accoucher tant par voie basse que par césarienne.

Après la naissance

L’enfant peut entrer en contact avec le virus pendant l’accouchement et ainsi s’infecter. Pour protéger l’enfant, nous lui injecterons des anticorps contre l’hépatite B quelques heures après la naissance, et nous le vaccinerons.

Avant la grossesse

Lors des examens préliminaires, nous vérifions si vous êtes porteur du virus, ou si vous souffrez d’une hépatite chronique active, et s’il est éventuellement question d’atteintes hépatiques.

Si vous souffrez d’une hépatite active, il est possible que son traitement s’impose en priorité.
Nous ne commencerons un traitement de PMA que si la partenaire a été vaccinée et dès qu’elle aura développé suffisamment d’anticorps.
Avant chaque traitement de PMA, votre sperme sera soumis à une procédure (standard) de lavage, permettant de limiter sensiblement le risque de transmission à l’enfant.
Des études récentes démontrent qu’une infection chronique par l’hépatite B peut avoir une incidence négative sur la qualité du sperme. Cette situation peut amener le médecin du CRG à prescrire une ICSI. Cette technique exige en effet moins de spermatozoïdes.

Pendant la grossesse et l’accouchement et après la naissance

Chez l’homme, une infection par l’hépatite B n’a pas d’incidence sur le déroulement de la grossesse et de la naissance, ou pendant la période suivant la naissance. Si votre partenaire a été vaccinée, aucune protection supplémentaire n’est nécessaire pendant les rapports sexuels.