Congélation de cellules et tissus

Reporter votre désir d'enfant?

Si vous sentez que votre horloge biologique commence à faire tic-tac, mais que vous souhaitez encore reporter le moment d’avoir un enfant, AGE banking peut être une solution. Cette option est plus largement connue sous le nom de social freezing

Durant votre traitement de PMA ou dans la préparation de celui-ci, il se peut qu’il soit nécessaire de congeler et conserver des cellules reproductrices ou du tissu. Nous appelons la banque MLM du CRG.

Pour permettre la congélation, vous devez toujours signer un contrat, dans lequel:
  • vous donnez l’autorisation pour la congélation;
  • vous fixez la période de conservation;
  • vous décidez ce qu’il doit advenir du matériel congelé dans la banque au terme du délai de conservation ou lorsque vous ne savez plus l’utilisez; et
  • (si d’application) vous vous engagez à payer des frais de conservation pour la période de conservation.

Vous pouvez toujours revoir ces décisions, tant que vous le faites par écrit et avant que le délai de conservation ne soit échu.

Le prélèvement et la cryopréservation d’ovocytes pour usage différé

Parlons d'usage différé d'ovocytes: AGE banking
ou social freezing?

Au CRG, nous préférons parler d’AGE banking plutôt que de social (egg) freezing.
AGE signifie Anticipation of Gamete Exhaustion et se rapporte donc (très précisément) au but de l’intervention : vous voulez mettre en banque vos ovocytes (gamètes) avant qu’ils ne soient épuisés. Mais le mot AGE constitue aussi le facteur féminin principal en termes de fertilité.
Toutefois, le terme moins précis social freezing est entre-temps entré dans le vocabulaire partout, raison pour laquelle nous l’utilisons aussi parfois.
Dans le contrat que vous concluez avec le CRG, l’intervention que vous devez subir pour l’AGE banking est appelée «ponction d’ovocytes pour usage différé».

Que comporte le traitement ?
L’AGE banking peut-il avoir lieu à tout âge?
L’AGE banking est-il sûr?
Combien coûte le traitement? 

Les hommes peuvent fabriquer des spermatozoïdes jusqu’à un âge avancé.
Par contre, les femmes naissent avec un certain nombre d’ovocytes, qui diminue au fil des années. Ils ne se renouvellent donc jamais. En outre, avec l’âge, la qualité du stock restant diminue, surtout en raison de l’augmentation relative du nombre d’ovocytes présentant une anomalie chromosomique.
Voir aussi L'âge de la femme.  

Mais même si vous êtes bien consciente de cette horloge biologique, vous pouvez quand même avoir une bonne raison de vouloir reporter la maternité. La cryopréservation d’ovocytes peut contribuer à maintenir vos chances d’encore avoir des enfants à vous à l’avenir, avec votre matériel génétique. 

Que comporte le traitement ?   

  • Vous prenez contact avec le Centre de contact du CRG  et vous demandez un rendez-vous. 
  • Vous allez en consultation chez un médecin du CRG et un psychologue du CRG. Ils vous examineront, évalueront votre demande et vous donneront toutes les informations nécessaires, afin que vous puissiez prendre une décision en toute connaissance de causes. 
  • Si vous décidez d’opter pour l’AGE banking, votre traitement se déroule comme dans un cycle de FIV ‘normal’ (jusqu’à la ponction d’ovocytes comprise): 
  • Au labo, les ovocytes mûrs sont directement mis en banque, ce qui signifie qu’ils sont congelés par un processus de vitrification et qu’ils sont stockés dans la banque d’ovocytes.

L’AGE banking peut-il avoir lieu à tout âge?   

La grande influence de votre âge sur votre fertilité vaut aussi pour l’AGE banking. Les chances d’avoir un enfant après la fécondation d’ovocytes congelés sont d’autant plus grandes que vous êtes jeune au moment où l’on vous prélève vos ovocytes et les congèle.
  • Au CRG de l’UZ Brussel, vous pouvez faire congeler vos ovocytes jusqu’à 40 ans.
    Toutefois, dès l’âge de 36 ans (comme âge pour la cryopréservation), les chances d’avoir un enfant diminuent sensiblement. 
  • Des ovocytes congelés peuvent être conservés dix ans, ou jusqu’à 47 ans (la veille de votre 48ème anniversaire). 
  • Rien n’indique que votre âge au moment où l’on décongèle et féconde les ovocytes – que ce soir avec le sperme de votre partenaire ou d’un donneur – influence les chances de réussite de votre traitement.
    Mais l’âge avançant, et certainement après l’âge de 40 ans, le risque de complications au cours de la grossesse augmente. Nous pensons par exemple ici à l’hypertension et à la pré-éclampsie.

L’AGE banking est-il sûr?   

La cryopréservation d’ovocytes est devenue possible depuis l’introduction de la technique de vitrification. Entre-temps, cette technique est déjà appliquée depuis une dizaine d’années et a dépassé depuis longtemps le stade expérimental.
Il est toutefois vrai qu’en moyenne 20 à 25% des ovocytes après cryopréservation ne survivent pas au processus de décongélation. Mais des études sur la sécurité de la vitrification d’ovocytes ont donné des résultats rassurants, également et surtout pour ce qui est de l’effet sur la santé des enfants qui sont nés d’ovocytes fécondés qui avaient d’abord été congelés.

Combien coûte le traitement?  

En savoir plus?

Pour plus d’informations concernant le (coût du) traitement ou pour un rendez-vous, vous pouvez vous adresser au Centre de contact du CRG, par téléphone ou par mail.

  • Pour l’AGE banking, c-à-d la cure hormonale suivie d’une ponction d’ovocytes et de la cryopréservation des ovocytes mûrs pendant maximum dix ans (ou jusqu’à la veille de votre 48ème anniversaire), le CRG vous facture un montant forfaitaire.
    Ce montant est à votre charge, même si vous êtes affiliée à une mutualité belge. 
  • Lorsque les ovocytes sont décongelés et fécondés au laboratoire à un stade ultérieur, vous bénéficiez, en tant que patiente affiliée à une mutualité belge, du remboursement des frais de laboratoire de FIV par l’INAMI, à condition que vous ayez moins de 43 ans (c-à-d jusqu’à la veille de votre 43ème anniversaire).
    Pour plus d’infos, voir Les limites d’âge
  • Si vous n’avez pas (ou plus) droit au remboursement par l’INAMI, ou si vous n'êtes pas affiliée à une mutualité belge, la deuxième partie du traitement est aussi à votre charge.