Insémination et stimulation


Traitement de PMA – quoi?

PMA signifie procréation médicalement assistée. C’est le terme qui regroupe les différents traitements de fécondité: insémination artificielle, FIV, FIV-ICSI, MIV,…

Lorsque vous n'arrivez pas à tomber enceinte normalement, différents traitements de PMA sont possibles.
Le traitement choisi dépend de la nature de votre problème.
C’est pourquoi le médecin du CRG tentera d’identifier la cause de votre fertilité réduite au moins d’examens préliminaires : voir examens femme et homme.
Sous Parcours préalable et accompagnement lors d’un traitement de PMA, à propos de la façon dont vous serez accompagné de manière professionnelle durant tout votre traitement au CRG.

Outre pour la FIV|ICSI, vous pouvez aussi faire appel au CRG pour:
  • une programmation du coït, ou
  • une insémination artificielle (IA), toutes deux combinées ou non à une
  • induction d'ovulation. 
Un traitement de PMA s’accompagne généralement d’une (légère) stimulation des ovaires. C’est pourquoi nous commencerons par ce point.

Programmation du coït

Bon conseil préalable

Que puis-je faire pour avoir plus de chances que mon traitement réussisse? Vous le lisez ici.

Cliquez sur Acide folique si vous voulez savoir ce que toute femme qui souhaite tomber enceinte doit savoir à ce propos.

     
La cure de stimulation
Le traitement en détail
Suivi du résultat

La programmation du coït repose sur un principe simple: si vous savez exactement quand l'ovulation de la femme a lieu, vous savez aussi quand un couple doit avoir des rapports sexuels - avec éjaculation bien sûr - pour avoir une chance raisonnable de provoquer une grossesse. La programmation du coït (ou l'insémination artificielle) est surtout préconisée comme premier traitement en cas d'infécondité inexpliquée.

La cure de stimulation       

La cure de stimulation en cas de programmation du coït est identique à celle de l'insémination artificielle:
  • soit vous prenez des anti-oestrogènes (citrate de clomifène) sous forme de comprimés,
  • soit des gonadotrophines vous sont injectées.
Dans les deux cas, les effets secondaires éventuels sont limités :
  • dans le cas d'anti-oestrogènes, il peut s'agir de ballonnements, de bouffées de chaleur et, exceptionnellement, de sensations d'éblouissement; 
  • dans le cas d'injections d'hormones, de légères douleurs abdominales.

Prise d’anti-oestrogènes  

L'anti-œstrogène citrate de clomifène (voir Comment agit cette 'antihormone'?) informe le cerveau que le taux d'oestrogènes est faible, ce que le cerveau essaye de compenser par une production accélérée de FSH et de LH. Les ovaires sont ainsi légèrement stimulés.
La prise de citrate de clomifène en début de cycle provoque le développement simultané de quelques follicules.
 

Injections de gonadotrophines  

Une autre option consiste à injecter directement les préparations hormonales hMG, FSH ou rec-FSH, pour stimuler l’action des gonadotrophines FSH et LH.
Ce faisant, les ovaires sont également stimulés pour entraîner le développement de plusieurs ovocytes.
Les doses d'injection doivent toutefois être déterminées avec précision car l'objectif n'est pas – comme en FIV - d'obtenir une superovulation.
Les injections se font par voie sous-cutanée.

Terminer ou non avec l’injection d'hCG  

Comme les deux cures de stimulation provoquent généralement un pic 'naturel' de LH et donc - 36 à 42 heures après - une ovulation 'naturelle', le taux de LH dans le sang doit être régulièrement contrôlé. Le moment de l'ovulation peut ainsi être déterminé avec exactitude.
Si le pic de LH ne se produit toutefois pas et que l'échographie indique tout de même la présence d'un à trois follicules mûrs pour la fécondation (d'un diamètre moyen de 17 mm ou plus), l'ovulation sera alors provoquée par une injection d'hCG.
Cette injection se fera également par voie sous-cutanée: vous pouvez la (faire) faire chez vous mais alors, au moment déterminé par le DM .  

Jour 1 de votre cycle

Le jour 1 de votre cycle est le jour où vous vous levez avec des pertes de sang rouges claires.
Si vos règles n’arrivent que dans le courant de la journée ou si le sang ne devient rouge clair que dans le courant de la journée, c’est le lendemain qui est considéré comme jour 1.

Le traitement en détail  

Le jour 1 de votre cycle (le jour où débutent vos règles), vous contactez le DM (monitorage journalier des patients), voir Contact.
  • Il s’agit de l'équipe qui suit votre traitement et vous accompagne sur la base des prises de sang et des échographies. 
  • Vous prenez rendez-vous par téléphone pour une échographie le jour 12 (ou le jour 11 si le jour 12 tombe un dimanche ou un jour férié).
  • Stimulation par anti-oestrogènes: du jour 3 au jour 7 inclus, vous prenez chaque jour le nombre de comprimés prescrits.
  • Stimulation par injections de gonadotrophines hMG ou rec-FSH: vous suivez les conseils de votre médecin, tant dans le choix du médicament et dans les doses à vous (faire) injecter que pour les dates de la première et de la dernière injection.

    Aspects pratiques

    Plus d’infos ici à propos des prises de sang pendant votre traitement au CRG: où, quand et comment?

  • Le jour 12 (ou le jour 11), vous faites une prise de sang. 
  • L'échographie pour laquelle vous avez pris rendez-vous le jour 1 sera ensuite réalisée.
  • Le jour 12 toujours, le DM vous téléphonera à partir de 15h pour d'autres instructions.

A partir d'ici, deux possibilités s'offrent à vous:
  • soit votre prise de sang indique un pic de LH: l'ovulation approche. Suivez à la lettre les directives du DM;
  • Aspects pratiques

    Plus d’infos ici à propos des échographies: où, quand et comment?

    soit la prise de sang n'indique pas encore de pic de LH: le résultat de l'échographie détermine alors l'étape suivante:
    • si le follicule est encore trop petit (diamètre < 17 mm), vous prévoyez à nouveau une échographie et une prise de sang avec le DM;
    • si l'échographie révèle un (minimum) à trois (maximum) follicules mûrs, vous devez vous (faire) injecter le soir les doses indiquées d'hCG. Vous devez ensuite avoir des relations sexuelles le soir même ainsi que le soir suivant. Entre le jour 26 et le jour 28, vous faites une nouvelle prise de sang, cette fois-ci pour un test de grossesse.

Suivi du résultat     

Entre le jour 26 et le jour 28 de votre cycle - selon le moment du pic de LH ou l'injection d'hCG - vous faites une nouvelle prise de sang pour déterminer si vous êtes ou non enceinte.
Tout comme vous, nous espérons bien sûr que celle-ci se révèle positive. Mais même si vos règles ont déjà débuté, la prise de sang reste indiquée. Elle permet en effet de savoir si une ovulation normale s'est produite et si ces pertes sont bel et bien des règles, ce qui revêt une grande importance pour une tentative ultérieure.

Faciliter la nidation par de la progestérone (si d'application)

Selon la situation, il vous sera demandé d’insérer des capsules de progestérone par voie vaginale à partir du jour suivant le rapport sexuel. La progestérone favorise l'épaississement de la muqueuse utérine et facilite la nidation d'un embryon.
Vous vous administrez les capsules trois fois par jour à heures régulières (à 8h, 16h et 22h par ex.) et vous poursuivrez jusqu'à ce que le DM vous dise d'arrêter.
Pour réduire les risques d'infections vaginales, il est préconisé de se laver les mains au préalable. Etant donné que ces capsules entraînent inévitablement quelques sécrétions vaginales, il est recommandé de porter des protège-slips.