Patients étrangers

En voiture?
Zone de basses émissions
à Bruxelles

A Bruxelles, une zone de basses émissions (LEZ) est en vigueur depuis début 2018. Les visiteurs étrangers qui souhaitent éviter une amende doivent s’enregistrer en ligne. Il s’agit d’une obligation pour tous les véhicules étrangers, y compris si votre voiture satisfait aux normes. Enregistrez à https://irisbox.irisnet.be/LEZ

Si vous avez recours au CRG de l'UZ Brussel pour un traitement de PMA sans séjourner en Belgique pendant toute la durée du traitement, il vous sera demandé de vous adresser au préalable au Centre de contact pour un complément d'informations.
Vous y recevez toutes les informations relatives au déroulement du traitement et aux spécificités pour les patients étrangers.
  • Pour une description détaillée de la totalité du traitement de PMA, cliquez sur FIV étape par étape ou sur Insémination artificielle .
  • Ci-dessous, nous reprenons uniquement les éléments qui diffèrent pour les patients étrangers.
  • Bien sûr, une série de formalités s’appliquent à l’ensemble des patients du CRG. Lisez donc aussi le chapitre ‘Votre traitement de PMA en pratique’, et ‘Aspects financiers’.
  • Si au cours d’un traitement au CRG, vous faites congeler du matériel génétique (sperme, embryons, tissu ovarien, tissu testiculaire), il se peut que vous souhaitiez le reprendre dans votre pays. Ou l’inverse, que vous souhaitez apporter du matériel congelé de votre pays au CRG. Vous trouverez des informations relatives à ce que vous devez faire dans ce cas sous ‘Transport de matériel génétique’. 

Retour dans votre pays


L'administration de progestérone
Examens sanguins
La clôture de votre dossier
Suivi de votre grossesse éventuelle
Examens pré- et postnatal
Suivi à des fins scientifiques à l’UZ Brussel

Après être rentrée dans votre pays, vous devrez attendre une à deux semaines pour savoir si votre traitement de PMA a débouché sur une grossesse ou si vous êtes à nouveau réglée.

L'administration de progestérone   

Le lendemain de la ponction d’ovocytes – ou éventuellement le jour de l’insémination -, vous avez commencé à prendre de la progestérone. Vous poursuivrez ce traitement les semaines suivantes, jusqu'à ce que le DM vous autorise à y mettre fin.
Si la progestérone est administrée sous forme de capsules (à introduire trois fois par jour à intervalles réguliers dans le vagin), vous vous occuperez vous-même de votre traitement.
La progestérone se prend:
  • Sous forme de capsules, qui doivent être administrées trois fois par jour à des intervalles réguliers par voie vaginale, ou
  • Sous forme de gel, qui doit être administré une fois par jour avec un applicateur par voie vaginale.
Vous avez donc toute la cure en mains.
Il est important que vous vous conformiez strictement aux prescriptions de votre traitement et que vous n'omettiez aucune administration de progestérone, même après votre retour. La prise de progestérone à (trop) haute dose ne comporte aucun risque: en l'occurrence, une capsule ou une injection en trop vaut toujours mieux qu'un oubli.

Examens sanguins   

Le résultat du traitement est suivi, comme pour les autres patientes en PMA, par une prise de sang (test de grossesse):
  • au jour 12 après le transfert d’embryon, ou
  • au jour 15 après l’insémination.
Si vous êtes malheureusement réglée, vous devez faire une prise de sang au jour 3 de vos règles et nous transmettre les résultats. Il est primordial que vous n’oubliiez pas ! Cette prise de sang permet en effet de détecter une éventuelle grossesse après implantation tardive. Le résultat doit nous être faxé, à l’attention du DM.

La clôture de votre dossier       

Quelques temps après avoir reçu au CRG les résultats de vos prises de sang (dont il ressort que vous êtes ou non enceinte), nous vous envoyons un rapport médical relatif au traitement.
Si ce dernier n'a pas mené à la grossesse, nous vous ferons parvenir nos recommandations écrites pour la suite à donner au traitement. Il est aisé de comprendre que ces recommandations ne pourront pas vous être fournies moins d'un mois environ après l'issue du traitement. Elles se fondent en effet sur un examen approfondi de votre dossier par toute l'équipe médicale du CRG.
S'il se révèle possible de poursuivre votre traitement sous une forme ou sous une autre, vous pouvez contacter le responsable de la planification pour fixer les rendez-vous nécessaires (date de début, etc.). Pour ce faire, attendez d'avoir reçu la notification écrite du nombre d'embryons congelés.

Suivi d’une éventuelle grossesse     

Si votre traitement FIV est couronné de succès, nous vous conseillons de faire appel à votre gynécologue personnel pour le suivi de votre grossesse. Il veillera à la prescription des échographies nécessaires et des éventuels examens complémentaires.

Diagnostic pré- et postnatal    

  • Ainsi, dans le cadre d'un traitement de FIV ou de FIV|ICSI, il est souvent recommandé d'effectuer un prélèvement de villosités placentaires durant la dixième semaine de la grossesse ou une ponction de liquide amniotique durant la quatorzième semaine.
    Une autre option est de réaliser une prise de sang au cours de la 16ème semaine pour dépister la trisomie 21 (mongolisme).
    Il va sans dire qu'il est également loisible aux patients étrangers de faire effectuer ces examens au CMG (Centre de Médecine Génétique) de l'UZ Brussel. Toutefois, il est généralement plus commode pour vous de les faire réaliser dans votre pays.
  • Le CRG recommande instamment aux couples qu'il a traités de réaliser un examen médical de leur enfant après la naissance par le CMG de l'UZ Brussel.
    Les enfants des patients étrangers sont naturellement aussi invités à se faire examiner par nos spécialistes. Mais généralement, les patients non-résidents préfèrent le faire dans leur pays pour des raisons pratiques.

Suivi de l’UZ Brussel à des fins scientifiques    

Bien que le suivi de votre grossesse et les examens pré- et postnatals se fassent via votre propre gynécologue, nous continuerons toutefois de nous informer depuis l'UZ Brussel sur l'évolution de votre grossesse et garderons même le contact jusqu'après la naissance. Voilà pourquoi nous vous enverrons deux questionnaires:
  • le premier vers la fin du premier trimestre de votre grossesse, 
  • le second peu après la date prévue de l'accouchement.
Nos questions sont à considérer d'une part comme une marque d'intérêt personnel: nous aimons savoir si le traitement a été un succès et si vous avez éventuellement eu des problèmes. D'autre part, elles cadrent avec la recherche scientifique menée en permanence sur les grossesses générées et les enfants issus des traitements de l'infertilité.
En procédant de la sorte, nous essayons d'améliorer toujours la qualité de nos traitements et d'évaluer les effets de certaines modifications (p.ex. au niveau de la médication de stimulation). De plus, nous satisfaisons ainsi à l'obligation légale de récolter des données statistiques sur (la santé de) nos patientes et les bébés nés d'une FIV/ICSI ou d'une IA(D).

Nous demandons dès lors avec insistance à nos patientes de nous renvoyer les questionnaires complétés. Ce faisant, vous aidez non seulement la recherche scientifique, mais aussi de nombreuses futures patientes. Et peut-être reviendrez-vous encore chez nous pour une tentative ultérieure.
Il ne faut pas vous inquiéter pour votre vie privée: toutes les données sont traitées de façon totalement anonyme. Il n'y a aucun risque que les informations médicales et autres que vous nous fournissez puissent être liées à votre personne.