Examens chez l'homme

Au cours de vote première consultation au CRG, le médecin déterminera sur base d’un questionnaire les examens qui sont nécessaires dans votre cas.

Que pouvez-vous faire pour que cette consultation soit la plus efficace possible ?

  • Téléchargez le questionnaire et ramenez-le complété (pour les couples, il y a aussi bien un questionnaire pour la femme qu’un pour l’homme) ; et
  • Apportez également les résultats des examens que vous avez éventuellement déjà réalisés.

Quelles informations allez-vous trouver ici ?
  • Dans l’aperçu : une énumération de tous les examens que peut réaliser (ou faire réaliser) le CRG dans le cadre de votre traitement de fécondité;
  • Dans "Rechercher la cause", vous trouverez plus d’explications sur le pourquoi des examens;
  • Dans les pages qui suivent, vous trouverez des explications sur chaque examen spécifique.

Bilan génétique


Génétique de base
Indications
Types de test

Les examens génétiques sont réalisés à partir de sang ou de sperme: pour la plupart des tests, vous devez fournir un échantillon de sang (voir ‘Aspects pratiques’) et dans un cas un échantillon de sperme (voir ‘Aspects pratiques’).
L'échantillon de sang ou de sperme est envoyé pour analyse au laboratoire du CMG (Centrum voor Medische Genetica ou Centre de Médecine Génétique) de l'UZ Brussel. Le CMG transmet les résultats des tests au CRG où ils sont examinés avec vous lors de la consultation avec le médecin.

Génétique de base 

Important à savoir

Nos cellules reproductrices se comportent différemment des autres cellules de notre corps:

  • ces dernières naissent d'une 'simple' division cellulaire ou mitose, tandis que
  • les premières subissent une division réductionnelle complexe par laquelle elles ne gardent que la moitié des chromosomes des cellules corporelles.
    Les éventuelles erreurs de division ne peuvent donc être retrouvées que dans les cellules reproductrices.

 


Chaque personne est constituée de différents tissus formant les organes et composés à leur tour de différentes cellules. Chaque cellule d'un tissu a une fonction spécifique. Pour fonctionner correctement, chaque cellule emporte une série de manuels d'instruction. Ces 'livres de recettes' sont les chromosomes et les 'recettes' qu'ils contiennent des gènes. Les chromosomes, constitués d'ADN, sont donc les porteurs de notre patrimoine génétique.
La plupart des gens en bonne santé ont 46 chromosomes, à savoir 23 paires. Il y a 22 paires de chromosomes simples et une paire de chromosomes sexuels. Les paires simples sont rangées par ordre de grandeur et numérotées de 1 à 22. La 23ème paire, les chromosomes sexuels, est XX chez la femme et XY chez l'homme.

Indications 

Auparavant, le bilan génétique était repris dans l'analyse sanguine des patients. L'expérience a toutefois démontré que cela avait peu de sens. Les tests génétiques ne sont donc plus réalisés que lorsque la famille présente des anomalies héréditaires ou dans des cas spécifiques:
  • Chez l'homme, un nombre trop restreint de spermatozoïdes dans l'éjaculat peut être le motif d'un bilan génétique. Si vous avez moins de cinq millions de spermatozoïdes par millilitre, un problème génétique en est, dans 5 % des cas (1 sur 20), à l'origine;
  • Vous passez aussi un examen génétique lorsque vous désirez être donneur de sperme. Quel que soit le cas, votre caryotype est déterminé;
  • Pour les couples, les situations suivantes entraînent un bilan génétique des deux partenaires:

Types de test 

Nous distinguons deux types de tests génétiques: les cytogénétiques (basés sur les chromosomes en tant que tels) et les moléculaires (basés sur l'ADN dont les chromosomes sont composés).

Tests cytogénétiques 

Pour un test cytogénétique, les globules blancs (lymphocytes) sont placés dans un milieu de culture liquide. Au cours d'une phase déterminée de la division cellulaire – d'où le nom cytogénétique – les lymphocytes condensent leurs supports génétiques en structures visualisables, les chromosomes: à ce moment, nous pouvons voir combien de chromosomes il y a, lesquels et s'ils ont l'air normaux.

Etablissement du caryotype

Ce caryotype indique un échange (translocation) d'informations génétiques entre les chromosomes 1 et 10.
Le test cytogénétique permet d'établir votre caryotype. Le caryotype signifie littéralement 'le caractère des chromosomes': le nombre, la longueur et le contenu génétique. La composition de votre carte d'identité génétique donc.
  • Le test est réalisé chez les hommes produisant considérablement peu de spermatozoïdes (moins de cinq millions par millilitre d'éjaculat) afin d'en détecter l'éventuelle raison. Le syndrome de Klinefelter est un exemple d'une telle anomalie génétique.
  • Il s'agit en outre d'un test standard pour les hommes désirant être donneurs de sperme. L'analyse sanguine permet non seulement de déterminer le groupe sanguin et le facteur rhésus mais également les caractéristiques somatiques: la couleur de la peau, des cheveux et des yeux, la stature, ...
En cas d'utilisation de sperme de donneur, on veille en effet autant que possible à ce que le donneur corresponde au couple receveur (groupe sanguin et apparence).

Analyse FISH
Comme dit précédemment, nos cellules reproductrices se comportent différemment des autres cellules de notre corps. Lors de la division réductionnelle qu'elles subissent, des erreurs spécifiques peuvent apparaître.
Un test spécial a donc été développé – FISH est l'abréviation anglaise d'hybridation fluorescente in situ – pour réaliser une analyse chromosomique limitée des spermatozoïdes: trois chromosomes sont examinés à titre d'échantillon. Le test est rarement réalisé, uniquement dans le cadre de recherches et sur la base d'indications spécifiques comme la succession d'embryons anormaux obtenus par FIV chez un couple.

Examen ADN 

Les tests moléculaires cherchent à un niveau plus profond, dans la structure ADN des chromosomes, les chromosomes présentant une mutation ou une délétion génétique. La question ici est donc: où est l'erreur dans la recette ou bien où manque-t-il un morceau d'information? Ce type d'examen est uniquement possible pour un nombre limité de chromosomes et de gènes.

Gène CFTR (gène de la mucoviscidose)

Un Belge sur vingt est porteur de la mucoviscidose ou du gène CFTR (Cystic Fibrosis Transmembrane Regulator). Si les deux partenaires sont porteurs, le bébé a 25% de risques de développer la mucoviscidose (fibrose kystique), une maladie pulmonaire grave provoquant une hypersécrétion de mucus.
Ce test ADN est effectué chez les hommes dont un membre de la famille souffre de la mucoviscidose et chez les hommes qui présentent une azoospermie due à une absence congénitale des canaux déférents. 80% d'entre eux sont en effet porteurs du gène de la mucoviscidose.

Test de microdélétion Yq

Ce test ADN sert aussi à déterminer si la production trop réduite de spermatozoïdes (moins de cinq millions de millilitre de sperme) est due à une erreur génétique.
Le chromosome Y comprend deux types de recettes: celle qui code pour les caractères masculins et celle qui code pour la production de sperme (sur le bras q du chromosome). Chez 5% des hommes qui produisent très peu de spermatozoïdes, il manque une ou plusieurs recettes sur le bras q du chromosome Y (d'où le nom du test). Si un homme présentant ce problème a un fils, ce fils héritera du problème.
La plupart des gens en bonne santé ont 46 chromosomes ou 23 paires. La paire de chromosomes sexuels est XX chez la femme et XY chez l'homme.
Les hommes présentant le syndrome de Klinefelter ont toutefois un chromosome X supplémentaire. Leurs cellules comprennent donc 47 chromosomes et non 46. Voilà pourquoi le syndrome de Klinefelter est aussi appelé le syndrome 47-XXY.
Il est relativement fréquent et touche un homme sur 500 environ.
Le médecin américain Harry Klinefelter a été le premier, au début des années 1940, à décrire la combinaison d'une série de caractéristiques typiques dont on a découvert plus tard qu'elles étaient le résultat du patron génétique 47-XXY.
Voir aussi la Clinique de Klinefelter de l’UZ Brussel ou téléchargez le folder.

Le syndrome de Klinefelter est une anomalie congénitale qui entraîne les symptômes suivants :
  • une production insuffisante d'hormone masculine (la testostérone), provoquant ainsi le ralentissement de la puberté ;
  • une pilosité faciale réduite ou totalement absente ;
  • le développement mammaire ;
  • une grande taille et des bras un peu plus longs.

Le principal symptôme, toutefois, est l'infécondité
Il arrive souvent que le syndrome ne soit diagnostiqué que dans le cadre d’un examen de la fécondité. Bien que quelques rares hommes '47 XXY' aient pu avoir des enfants, l'infécondité est la règle vu l'absence de spermatozoïdes dans l'échantillon de sperme.

Est-ilpossible de procréer?
Des recherches ont démontré que les adolescents masculins souffrant du syndrome de Klinefelter présentent encore parfois quelques spermatozoïdes dans l'échantillon de sperme. Mais comme les cellules séminales du testicule disparaissent petit à petit, il y a toujours moins de spermatozoïdes - ou même pas du tout - dans l'échantillon de sperme.
Au CRG, nous avons en outre constaté que la moitié environ des hommes avec ce syndrome possèdent encore des spermatozoïdes à l'âge adulte mais dans le testicule même.
Après biopsie (sous anesthésie générale) de petits morceaux de tissu de ce testicule (voir TESE), les spermatozoïdes peuvent éventuellement être utilisés pour un traitement de FIV avec ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïde).
Les hommes inféconds à cause du syndrome de Klinefelter ont donc encore une petite chance d'avoir un enfant avec leurs propres cellules germinales.

Attention:
  • Des spermatozoïdes ne seront trouvés que chez la moitié des hommes seulement. Et quand bien même, la découverte de spermatozoïdes n'est que la première étape vers une éventuelle grossesse. 
  • La deuxième étape est la fécondation par ICSI des ovocytes de la partenaire avec les spermatozoïdes trouvés. 
  • En cas de formation d'embryons, ces derniers risquent d'avoir un nombre anormal de chromosomes: c'est pourquoi il est préférable d'examiner génétiquement les embryons avant de les implanter chez la femme (troisième étape).
    Ce type de contrôle génétique des embryons s'appelle un diagnostic génétique préimplantatoire ou PGD. 
  • Enfin, les chances que la fécondation in vitro et l'implantation aboutissent à une grossesse fructueuse sont d'autant plus grandes que la femme est jeune: l'âge de la femme est déterminant pour les techniques de procréation assistée.

Traitement à la testostérone
Comme les hommes souffrant du syndrome de Klinefelter produisent très peu d'hormone masculine, il est conseillé à long terme de leur administrer de la testostérone (voir traitements hormonaux), entre autres pour éviter l'ostéoporose.
Toutefois, cela peut uniquement se faire après que l'homme a eu des enfants car l'administration d'un complément d'hormone masculine étouffe toute production éventuelle de spermatozoïdes. En d'autres termes, les chances de récolter des spermatozoïdes par TESE sont anéanties par l'administration d'hormone masculine.