Trajet de soins pour les femmes qui ont des difficultés à tomber enceintes

Peut-être cela vous est-il aussi déjà arrivé? Etre folle de joie lorsque vous avez appris que vous étiez enceinte, puis la déception amère: la grossesse n’évolue pas ou se termine en une fausse couche.
Vous n’êtes malheureusement pas la seule dans le cas: de nombreuses grossesses se terminent prématurément. Selon le moment où la grossesse s’arrête, on appelle cela une fausse couche ou non.
Voyez à cet effet “couches à répétition” Nous y abordons aussi les causes possibles.

Consultations – où et quand?

Sur rendez-vous, le lundi ou le jeudi
Contactez-nous via le centre de contact du CRG, par e-mail ou par téléphone.

Trajet de soins pour candidats parents

Le CRG offre généralement son expertise à des candidats parents dont la femme a des difficultés pour tomber enceinte et qui viennent donc frapper à la porte de notre centre pour un traitement de procréation médicalement assistée (PMA).
Cela dit, maintenir une grossesse est bien sûr aussi un aspect de la fertilité.

C’est la raison pour laquelle l’UZ Brussel a développé le trajet de soins ‘Fausses couches à répétition’, une collaboration entre le service Obstétrique et Médecine Prénatale d’une part et le Centre de Reproduction Humaine (CRG) d’autre part.

Vous pouvez être inclus dans le trajet de soins ‘Fausses couches à répétition’ si vous appartenez à l’un des trois groupes de femmes suivants :
  • Des patientes du CRG chez qui un traitement de FIV|ICSI ne conduit pas à une grossesse (échecs d’implantation répétés) malgré le transfert répété d’embryons de qualité;
  • Des patientes du CRG chez qui un traitement de PMA (insémination ou FIV|ICSI) – s’est terminé – après un test de grossesse positif et la confirmation par échographie – plusieurs fois par une fausse couche (fausses couches à répétition);
  • Des femmes enceintes spontanément qui ont vécu deux fausses couches successives ou plus (fausse couche à répétition). 
Etant donné qu’une cause manifeste des fausses couches à répétition n’a pas (encore) été trouvée, nous ne pouvons pas proposer de réel remède.
Cela dit, voici ce que nous faisons :
  • Suivre votre situation (et une grossesse éventuelle) au niveau clinique ;
  • Vous offrir un soutien psychologique ; et
  • Réaliser de la recherche scientifique. Celle-ci est conçue de manière multidisciplinaire et est organisée dans un accord de collaboration international (voir projet de recherche).

Suivi clinique
  • Vous venez en consultation (voir ‘contactez-nous’) chez un médecin-gynécologue spécialisé dans les fausses couches à répétition.
    Là, vous recevrez:
    • des explications actualisées, notamment sur les adaptations du mode de vie qui peuvent avoir éventuellement un effet positif sur vos chances de grossesse;
    • des examens complémentaires ; et
    • si possible (lorsque nous avons identifié une cause à votre problème), un traitement.
  • Vous aurez la possibilité de participer à des études de recherche clinique et fondamentale.
  • Elles n’ont peut-être pas une utilité directe pour votre traitement ou votre situation, mais vous fournissez ainsi une contribution à la recherche sur les fausses couches à répétition. Et à l’avenir, cela pourra conduire à une meilleure prise en charge du problème, voire à un remède.
  • Lors de votre prochaine grossesse, vous bénéficierez d’un suivi rapproché à l’UZ Brussel. Dès que vous aurez un test de grossesse positif, votre bilan hormonal sera évalué chaque semaine (via une prise de sang). Dès la septième semaine de grossesse, vous aurez régulièrement une échographie.

Soutien psychologique
Psychologiquement, une grossesse non-évolutive est une expérience difficile, une grande déception après la bonne nouvelle initiale d’un test de grossesse positif. Et lorsqu’une fausse cause se produit plusieurs fois d’affilée, c’est lourd aussi bien sur le plan psychologique que physique.
C’est pourquoi le trajet de soins ‘Fausses couches à répétition’ prévoit un soutien pour les candidats parents qui le souhaitent.
A l’UZ Brussel, nous faisons des examens complémentaires via le trajet de soins ‘Fausses couches à répétition’:
  • chez les femmes de moins de 33 ans après deux fausses couches successives, et
  • chez les femmes de plus de 33 ans après trois fausses couches successives.

Nous le faisons grâce aux moyens diagnostiques suivants:
  • une anamnèse étendue axée à la fois sur vos propres antécédents médicaux et votre contexte familial.
    Nous regardons de plus près vos grossesses précédentes (interrompues) afin d’identifier s’il s’agissait d’une grossesse biochimique, d’un œuf blanc ou d’une réelle fausse couche;
  • une échographie vaginale, complétée par une hystéroscopie;
  • une prise de sang pour contrôler votre glycémie, votre glande thyroïde, vos facteurs de coagulation et vos anticorps ; et
  • un caryotype (carte des chromosomes) de vous ainsi que de votre partenaire.

Hélas, chez environ 75% des candidats parents, nous ne trouvons pas d’explication aux fausses couches à répétition. Cela démontre que nos connaissances et les techniques diagnostiques actuelles sont insuffisantes.

Il est possible que chez vous, nous identifions un ou plusieurs facteurs de risque spécifiques. Dans ce cas, les soins ou interventions suivants sont possibles :
  • Prévention : éviter les facteurs de risque tels que le tabagisme et la consommation d’alcool ;
  • En cas de problèmes hormonaux : leur traitement adéquat (par ex. un diabète ou un dysfonctionnement de la thyroïde).
    C’est utile tant pour votre état de santé général que pour augmenter vos chances d’avoir une grossesse normale;
  • Si votre utérus présente une anomalie, on peut y remédier via une hystéroscopie thérapeutique
    Généralement, cette intervention améliore les chances d’une grossesse évoluant normalement et d’un accouchement;
  • En cas d’infection, nous la combattrons, si nécessaire, à l’aide de médicaments;
  • Des anomalies dans le sang (système immunologique) peuvent dans certains cas être traitées grâce à des médicaments;
  • Si l’un des deux partenaires présente un risque génétique, il existe l’option d’un traitement de DPI.
    DPI signifie diagnostic génétique pré-implantatoire : un traitement de FIV|ICSI combiné à un diagnostic génétique des embryons créés. Pour le transfert d’embryons, on sélectionne les embryons qui ne présentent pas la maladie génétique ;
  • Lorsqu’un traitement de FIV|ICSI se termine à répétition par un échec d’implantation malgré le transfert d’embryons de qualité, les patients qui n’ont pas de risque génétique peuvent faire réaliser un SPI.
    Le SPI un screening chromosomique des embryons afin d’examiner si des erreurs de division ne se sont pas produites, ou en d’autres termes pour déterminer si le nombre de chromosomes dans l’embryon est normal. Ici aussi, on peut réaliser une sélection des embryons normaux avant le transfert d’embryons.
    Le traitement n'est toutefois utile que s'il y a suffisamment d'embryons disponibles pour l'analyse et pour des raisons diagnostiques.
    En cas de nombre limité d'embryons disponibles, la technique n'augmente pas vos chances d'avoir une grossesse évoluant normalement. Le spécialiste en fertilité du CRG vous précisera si la technique est utile dans votre cas.